fotolia_9223588

Nous étions des amis, il y a des années.
Le temps a refermé nos élans intérieurs,
Et se sont écartées nos voies passionnées.
L’un de l’autre a perdu ses rubans extérieurs.

Si tu savais combien ma pensée agitée
Se sentirait toujours vile de ta hauteur,
Et plaintive devant une forme sculptée
Par mes faillibles doigts au mérite amateur.

Nos conversations m’ont pourtant fait artiste.
Ma sensibilité naquit à ton contact.
Quand une émotion m’arrive allègre ou triste,
La plume prend ma main, en recherchant ton tact.

Tu me rencontrerais, tu me verrais tout autre.
La jeunesse est éteinte et ne naît à nouveau.
La fertile amitié n’est plus aujourd’hui nôtre.
Ce qui nous unissait n'est que lointain écho.

Cependant nous gardons, au foyer de nos âmes,
Notre amour pour la Terre et pour notre univers.
Le tien se manifeste au miracle des flammes,
Le mien se réalise au langage des vers.